Accesskeys

Il est temps de parler d’argent.

Promotion de jeunes talents à St-Moritz

Deux fois l'an, l'Orchestre Symphonique Suisse des Jeunes (OSSJ) se retrouve à St-Moritz pour une semaine de répétition intensive. Depuis le printemps 2018, la Banque Cler est le parrain principal de cet orchestre et s'engage en faveur des jeunes talents musicaux. Que signifie jouer au sein de l'OSSJ et quelles expériences peuvent-ils acquérir pour l'avenir: c'est ce que nous raconte, entre deux séances de travail, Nicole Benz, présidente de l'orchestre.

Qu'est-ce qui rend l'OSSJ si original?


Dans le temps, je faisais partie de l'Orchestre Symphonique des Jeunes de Berne. Nous connaissions tous l'OSSJ et assistions parfois à ses concerts. Pour moi, l'OSSJ a toujours représenté quelque chose de spécial. J'ai été très impressionnée avant l'examen d'entrée et n'y ai participé que parce que mes amis m'en avaient parlé. Voilà déjà quatre ans que j'y suis et j'apprécie en particulier qu'il s'agisse d'un orchestre suprarégional. Des jeunes de toute la Suisse s'y rencontrent.
Lorsque j'ai commencé à jouer au sein de l'OSSJ, j'étais encore indécise par rapport à des études musicales. J'ai finalement fait un autre choix. La plupart des membres de l'OSSJ étudient la musique, rares sont ceux qui, comme moi, étudient dans une université. J'apprécie beaucoup pouvoir faire de la musique à un tel niveau.


«L'OSSJ est bien plus qu'un orchestre de jeunes, il représente aussi un cours de langue et un réseautage.»
Nicole Benz, présidente de l'orchestre et 2e violon

Que signifie concrètement à l'OSSJ promouvoir des talents?


Nicole Benz: Bien que l'OSSJ a d'abord comme objectif de se faire plaisir ensemble, c'est une école d'orchestre d'une incroyable qualité. Kai Bumann, notre chef, nous apprend beaucoup et nous fait progresser musicalement. C'est un dirigeant très pédagogue. Nous apprenons à jouer ensemble dans un orchestre et aussi à travailler pour atteindre un grand objectif sur une longue période. Kai Bumann attache beaucoup d'importance à la précision, ce qui nous aidera dans notre future vie professionnelle. Pour nous, les concerts représentent aussi des expériences importantes. Nous devons chaque fois nous adapter à l'environnement différent des concerts: chaque salle a sa propre acoustique et sa propre atmosphère. C'est à la fois un défi et très enrichissant.


Depuis le printemps 2018, la Banque Cler parraine l'OSSJ. Comment perçois-tu la banque?


Nicole Benz: La Banque Cler est un parrain très actif. Elle est prête à nous rejoindre dans de nouvelles idées et directions. Pour moi, le parrainage de la Banque Cler est un parrainage jeune et rafraîchissant, qui nous correspond parfaitement. Sans la Banque Cler, nous ne pourrions pas mener à bien cette semaine de répétition qui réunit près d'une centaine de musiciens. L'engagement dans l'OSSJ exige également de notre part beaucoup d'énergie et de volonté. Il est important d'avoir à nos côtés un sponsor fiable qui nous soutienne et nous convienne.

Où te vois-tu dans cinq ans?


Nicole Benz: Dans mon cas, il s'agit d'une question difficile car, comme dit, je n'étudie pas la musique. Pour beaucoup d'autres, la réponse est claire, ils effectuent une formation dans un orchestre professionnel ou poursuivent des études musicales. Pour ceux qui, comme moi, n'étudient pas la musique, le point de départ est différent. Après l'OSSJ, il est difficile de trouver un orchestre amateur qui joue à un tel niveau. Voilà notre dilemme. Personnellement, je me vois dans cinq ans dans une entreprise culturelle innovante, où je pourrai faire bouger les choses. L'expérience de l'OSSJ m'aidera certainement.
Dans le cadre de sa tournée d'automne du 24 octobre au 18 novembre, l'OSSJ se produit à Bâle, Zurich, Neuchâtel, Berne, Fribourg, Muttenz et Soleure. Plus d'informations sur les concerts et la prévente.