Accesskeys

Le Swiss Income Monitor de la Banque Cler (BCSIM)

Parler d’argent, ça ne se fait pas. En Suisse, ce tabou touche plus particulièrement les salaires et les revenus. Peu de gens savent où se situent leurs revenus en comparaison suisse. Quelles différences observe-t-on entre les cantons? Comment les revenus des classes inférieure, moyenne et supérieure ont-ils évolué ces dernières années? L’écart entre pauvres et riches n’arrête-t-il pas de se creuser? Quel impact la crise économique de 2008 a-t-elle eu sur l’évolution des revenus en Suisse?

Nous avons analysé la situation plus en détail et rassemblé pour vous toutes ces informations dans le nouveau BCSIM. En collaboration avec l’institut suisse de recherches économiques BAK Economics, nous avons analysé la répartition des revenus en Suisse et dans les cantons pour les années 2007 à 2016. Les informations de 2016 sont les plus récentes dont nous disposons actuellement de la part de l’Administration fédérale des contributions. Nous nous sommes toujours basés sur le revenu net du ménage; en d’autres termes, dans le cas des ménages à deux revenus, c’est la somme totale de l’argent gagné qui est prise en compte. Les principales notions sont expliquées dans un glossaire à la fin du document.

Nous nous sommes penchés sur le passé et non sur le présent, même si nous aurions aimé pouvoir également en tenir compte. L’impact actuel de la crise du coronavirus sur l’économie et la société en 2020 est énorme et touche quasiment tous les domaines de la vie. BAK Economics estime que la performance économique va accuser un recul à deux chiffres entre avril et juin. Pour l’ensemble de l’année 2020, l’institut table sur une baisse de 5,8% du PIB suisse. Si la Suisse essuie des échecs dans la lutte contre le virus et que les mesures de protection doivent de nouveau être renforcées au troisième trimestre, une baisse à deux chiffres du PIB est probable (-12,4%).

Ce recul a aussi un impact sur les revenus des ménages suisses. Une chose est déjà claire pour 2020: la crise du coronavirus va laisser des traces. Comme les chiffres les plus récents dont dispose l’Administration fédérale des contributions datent de 2016, les répercussions n’apparaîtront dans les statistiques fiscales que dans quatre ans environ.


Top

1 Résumé

Évolution des revenus – hausse des revenus en Suisse

Les revenus ont sensiblement augmenté en Suisse entre 2007 et 2016. Cela vaut tant pour le revenu moyen que pour le revenu médian. Le ménage moyen a donc pu profiter de l’évolution positive de l’économie. Le revenu net médian des ménages suisses s’établissait à environ 52 400 CHF en 2007. Entre 2007 et 2016, il a augmenté de 3'300 CHF (+6,7% au total, +0,7% par an). Le revenu net médian est le plus élevé dans le canton de Zoug (autour de 65'000 CHF) en raison d’une fiscalité avantageuse. Le canton de Zoug est suivi au classement par les cantons de Bâle-Campagne (59'400 CHF) et de Zurich (58'000 CHF). Les revenus nets médians sont les plus faibles au Tessin (44'300 CHF) et dans le Valais (41 200 CHF).

Répartition des revenus – De grandes différences en comparaison cantonale

Dans l’ensemble, la répartition des revenus en Suisse apparaît équilibrée par comparaison avec d’autres pays. Entre 2007 et 2016, la disparité des revenus s’est toutefois légèrement accrue en Suisse, en particulier dans les tranches de 10% des ménages aux revenus respectivement les plus faibles et les plus élevés. En 2016, 10% des contribuables gagnaient plus de 127'800 CHF et 50% des contribuables, plus de 52 400 CHF. La tranche inférieure de 10% des contribuables gagne le plus dans le canton de Nidwald (12'600 CHF), soit plus du double que partout ailleurs en Suisse (5'300 CHF). Les revenus de la tranche supérieure de 10% des ménages imposables se situent entre au moins 104'200 CHF dans le canton du Valais et au moins 185'200 CHF dans le canton de Zoug (Suisse: 127'800 CHF).

L’évolution de la répartition – La Suisse résiste à la crise économique de 2008

Tant en Suisse que dans les cantons suisses, la répartition des revenus a été relativement constante durant la période observée. La crise financière et économique mondiale de 2008 n’a pas eu, elle non plus, un impact tangible sur la répartition des revenus. Selon le coefficient de Gini, les cantons affichant la répartition la plus équilibrée des revenus sont ceux d’Uri, d’Argovie et de Glaris. La répartition des revenus est en revanche relativement inégalitaire dans les cantons de Zoug, de Schwyz et de Genève. Au total, l’inégalité dans la répartition des revenus s’est légèrement accrue et il en va par conséquent de même pour l’écart entre pauvres et riches. En 2016, la part de la classe moyenne dans le total des revenus s’élevait à 27,2%, en recul de 0,7 point de pourcentage par rapport à 2007. En revanche, la classe inférieure a vu sa part augmenter de 0,7%. La part de la classe supérieure est restée constante. La classe moyenne a moins participé à la prospérité du pays durant la période observée.

Où se situe votre revenu en comparaison suisse?

Découvrez-le!

2 Evolution des revenus

Le revenu d’un ménage ne se compose pas uniquement de salaires. Il se constitue également de rentes, de revenus locatifs et d’autres produits de capitaux. En Suisse, le revenu des ménages et des personnes fait l’objet de différentes statistiques. Le BCSIM analyse les revenus nets des statistiques fiscales. Le revenu net s’obtient lors-qu’on soustrait du revenu brut imposable (salaires, rentes, pensions alimentaires perçues, produits de capitaux et revenus locatifs) les dépenses fiscalement déductibles (cotisations sociales extraordinaires, pensions alimentaires versées, cotisations au 3e pilier et intérêts payés (intérêts hypothécaires, p. ex.)) et les déductions générales, telles que les frais de maladie et les formations initiales et continues.

Revenus en hausse en Suisse

Combien un ménage suisse «gagne»-t-il en fait en moyenne? En 2016, près de 68'000 CHF. Entre 2007 et 2016, le revenu net moyen a augmenté de près de 4'800 CHF, soit une progression de 7,6% au total. Si l’on regarde les différentes années, la crise financière n’a entraîné un ralentissement de la dynamique de croissance qu’en 2009 et 2010. Le revenu moyen suisse a augmenté tous les ans, sauf en 2012 et 2015.

Évolution des revenus

Revenu net en CHF, taux de croissance en %; Source: AFC, BAK Economics

Le revenu moyen est toutefois souvent faussé par un petit nombre de très gros revenus. Si l’on veut savoir combien gagne un «citoyen lambda», mieux vaut s’intéresser au «revenu médian». En 2007, le revenu médian tournait autour des 52'400 CHF. Entre 2007 et 2016, ce revenu médian a augmenté de 3'300 CHF (+6,7%). Durant la période observée, le revenu médian n’a baissé aucune année. En 2008, on relevait encore des taux de croissance élevés; ceux-ci ont toutefois nettement baissé au fil des ans. Là encore, la crise financière a entraîné un fléchissement de la dynamique.

De manière générale, on peut constater que tant le revenu moyen que le revenu médian ont sensiblement augmenté en Suisse entre 2007 et 2016, de façon constante par ailleurs (+0,8% et +0,7% par an respectivement).


Évolution du revenu médian

Revenu net médian en milliers de CHF; Source: AFC, BAK Economics

Le canton de Zoug, où la fiscalité est avantageuse, affiche les revenus les plus élevés – Le canton d’Obwald réalise la plus forte progression

Dans quels cantons les habitants bénéficient-ils des meilleurs revenus? Et dans quels cantons doivent-ils se contenter de moins? Si l’on examine les différents cantons, les cantons de Zoug, de Schwyz et de Nidwald, où la fiscalité est avantageuse, sont en tête du classement des revenus moyens. Avec un peu plus de 104'000 CHF, le canton de Zoug affichait le revenu moyen cantonal le plus élevé en 2016. Le canton de Zoug devance ainsi la moyenne suisse de plus de 35'000 CHF. De plus, c’est le seul canton où le revenu moyen est supérieur à 100'000 CHF. Après Zoug suivent les cantons de Schwyz (95'400 CHF), Nidwald (82'000 CHF), Zurich (77'200 CHF) et Genève (76'600 CHF), Zurich et Genève ne figurant néanmoins pas parmi les cantons à la fiscalité la plus avantageuse. Dans ces cantons, les revenus élevés s’expliquent entre autres par la structure sectorielle, avec un secteur financier très important qui entraîne les revenus vers le haut avec des salaires élevés et de gros bonus. Par ailleurs, de nombreuses sociétés de conseil et d’audit se sont établies dans le canton de Zurich. Les revenus sont également plus élevés que la moyenne dans cette branche. Outre les banques, on trouve aussi à Genève quelques organisations internationales dont les salariés ont pour la plupart des revenus très compétitifs en comparaison internationale et qui, pour certains, ne paient pas d’impôts sur le revenu. Au bas du classement figurent les cantons du Jura et du Valais, avec un revenu moyen de respectivement 53'000 CHF et 50'500 CHF. Dans ces cantons aussi, le niveau relativement faible des revenus s’explique entre autres par la structure sectorielle. Dans ces deux cantons, les branches à hauts salaires sont sousreprésentées et les secteurs économiques offrant des revenus plutôt faibles sont en revanche relativement développés. Ainsi, dans le canton du Valais par exemple, près de 10% des salariés travaillent dans l’hôtellerie et la restauration, alors que la moyenne suisse est d’à peine 4,5%. Dans le canton du Jura, les salariés travaillent en grande partie dans des branches à plus faible revenu. L’industrie manufacturière y emploie 35% des salariés. À l’échelle de la Suisse, seuls 15% de tous les salariés travaillent dans ce secteur. Dans trois cantons, le revenu moyen a augmenté de plus de 15% entre 2007 et 2016: dans le canton d’Obwald, il a progressé de près de 19%, dans celui de Bâle-Ville, de près de 16% et dans celui d’Uri, d’un peu plus de 15% (Suisse: +7,6%). Par contre, à Genève, le revenu moyen a légèrement baissé (-1,7%).

Pour éliminer la distorsion induite par un petit nombre de très gros revenus (qui pourraient influencer fortement la moyenne en particulier dans les petits cantons), l’étude se penche aussi sur le revenu médian. Le revenu médian est également le plus élevé dans le canton de Zoug, à la fiscalité avantageuse, et s’y élevait à 65'000 CHF en 2016. Le canton de Zoug est suivi au classement par les cantons de Bâle-Campagne (59'400 CHF) et de Zurich (58'000 CHF). Les revenus médians sont les plus faibles au Tessin (44'300 CHF) et dans le Valais (41'200 CHF). Dans le canton du Tessin, les liens étroits avec la grande zone économique milanaise expliquent en partie le faible niveau relatif des revenus. La proximité du territoire de l’UE accroît nettement la pression sur les prix et, partant, sur les revenus, par rapport à la moyenne suisse. Plus de 25% des salariés dans le canton du Tessin sont des frontaliers, qui ont des prétentions salariales nettement inférieures à celles des travailleurs suisses. Dans quatre cantons, le revenu médian a enregistré une hausse à deux chiffres durant la période observée: l’augmentation est de 16% dans le canton d’Obwald, de 12% dans celui d’Uri et de 10% dans ceux de Schwyz et de Thurgovie (Suisse: +6,7%). Le canton d’Obwald a donc signé la plus forte progression, tant au niveau du revenu moyen que du revenu médian. Dans deux cantons, le revenu médian a baissé durant la période observée: dans le canton du Tessin (-0,4%) et – tout comme le revenu moyen – dans le canton de Genève (-4,6%).

Conclusion de l'évolution des revenus

Les revenus ont sensiblement augmenté en Suisse entre 2007 et 2016. Cela vaut tant pour le revenu moyen que pour le revenu médian. Le ménage moyen a donc pu profiter de l’évolution de l’économie. Parmi les cantons suisses, c’est le canton de Zoug qui affiche le revenu moyen et médian le plus élevé. À l’autre bout du classement, on trouve le Valais, où le revenu (tant moyen que médian) est le plus faible. Le canton d’Obwald a signé la plus forte progression, tant au niveau du revenu moyen que du revenu médian. Dans le canton de Genève, les revenus ont diminué au cours de la période observée.

 

3 Répartition des revenus

Comment les revenus nets se répartissent-ils en Suisse? Le graphique suivant indique tous les revenus des ménages suisses en percentiles, qui divisent une série de données par ordre de grandeur en cent éléments. La répartition des revenus recouvre tout le spectre des revenus (du plus faible au plus élevé) d’une population.

Répartition des revenus en Suisse

Revenu net des ménages en Suisse en 2016, en milliers de CHF; Source: AFC, BAK Economics

10% des contribuables gagnent plus de 127'800 CHF – 50% des contribuables, moins de 52'400 CHF.

Le graphique est interprété comme suit: le dixième percentile (représenté par la 10e colonne à partir de la gauche) indique par exemple le niveau de revenu qui n’est pas dépassé par 10% des contribuables. Le 50e percentile correspond au revenu médian.

En Suisse, en 2016, la tranche de 10% des ménages imposables au plus bas de l’échelle des revenus n’a pas dépassé un revenu de 5'300 CHF. Cette tranche rassemble principalement des élèves, apprentis et étudiants majeurs encore soutenus financièrement par leurs parents. En revanche, la tranche de 10% des contribuables tout en haut de l’échelle disposait d’un revenu de plus de 127'800 CHF. Comme le montre déjà le revenu médian, 50% des contribuables en Suisse avaient un revenu net supérieur à 52'400 CHF en 2016.

Quand l’écart s’accroît entre les différents percentiles, la disparité des revenus augmente, lorsqu’il se réduit, les revenus se compriment. En Suisse, on observe une disparité des revenus en légère hausse entre 2007 et 2016; sont plus particulièrement touchés les contribuables des tranches inférieure et supérieure de 10%.

La tranche inférieure de 10% des contribuables gagne le plus dans le canton de Nidwald et plus du double que partout ailleurs en Suisse

Comment se présente la répartition des revenus dans les cantons? En 2016, c’est le canton de Nidwald qui affichait les revenus les plus élevés dans la tranche inférieure de 10%. Dans cette tranche, les ménages y ont un revenu maximum de 12'600 CHF. Soit plus du double de la moyenne suisse. Dans les cantons d’Uri (11'200 CHF), d’Argovie (10'400 CHF) et d’Appenzell Rhodes-Intérieures (10'100 CHF), la tranche inférieure de 10% des contribuables avait un revenu de plus de 10'000 CHF. Dans les cantons du Valais et de Genève, le revenu maximum de cette tranche inférieure de 10% ne dépassait pas respectivement 1'700 CHF et 700 CHF, soit les chiffres les plus bas en comparaison cantonale. Hormis la structure sectorielle, le nombre important d’étudiants et de personnes en formation majeurs ayant des emplois de vacances ou à temps partiel pourrait également expliquer ces revenus inférieurs.

En 2016, les revenus nets de la tranche supérieure de 10% des ménages imposables se situaient entre au moins 104'200 CHF dans le canton du Valais et au moins 185'200 CHF dans le canton de Zoug: CHF 127'800). Cette valeur dépassait donc la marque des 100'000 CHF partout en Suisse. Comme l’a déjà montré le revenu médian, 50% des contribuables du canton de Zoug disposaient d’un revenu supérieur à 65'000 CHF, ce qui place également ce canton en tête du classement pour cette valeur. Inversement, dans le canton du Valais, 50% des contribuables gagnent moins de 41'200 CHF (moins de 44'300 CHF dans le canton du Tessin).

10% des contribuables gagnent plus d’un tiers du revenu global de la Suisse

Si, en matière de répartition des revenus, on ne considère pas les limites de revenu, mais les parts dans le revenu global, les contribuables de la tranche inférieure de 10% gagnaient environ 0,3% du revenu global en 2016. 50% des contribuables représentaient à peine 17% du revenu global. 90% des contribuables s’arrogeaient 59% du revenu. Inversement, cela signifie que plus d’un tiers (41%) du revenu global était généré par les contribuables de la tranche supérieure de 10%.

La part de la tranche supérieure de 10% dans le revenu global oscille entre un tiers dans le canton d’Uri et 50% dans le canton de Schwyz

Sous l’angle cantonal, en 2016, les ménages imposables de la tranche inférieure de 10% du canton d’Uri détenaient proportionnellement la part du revenu global la plus importante (0,9%). Viennent ensuite les cantons de Glaris et d’Argovie, où 0,7% du revenu global revient aux contribuables de la tranche inférieure de 10%. Les contribuables de la tranche inférieure de 10% captent la plus faible part du revenu global (0,1% et moins) dans les cantons du Jura, de Neuchâtel, du Tessin, du Valais et de Genève.

Dans le canton d’Uri, la moitié des ménages imposables générait près de 23% du revenu global, davantage que dans tous les autres cantons. C’est à Genève que cette part est la plus faible, avec à peine 11% environ.

90% des ménages imposables percevaient la part la plus élevée du revenu global (un peu plus de 70%) dans le canton d’Uri; à l’autre bout de l’échelle, on trouve le canton de Schwyz (près de 45%). A contrario, cela signifie que dans le canton d’Uri, la tranche supérieure de 10% des ménages générait 30% du revenu global, contre 55% dans le canton de Schwyz.

Vue d’ensemble de la répartition des revenus en Suisse

Le coefficient Gini est l’indicateur le plus connu mesurant la répartition des revenus au moyen d’un chiffre unique. Ses valeurs s’étalent entre 0 et 1. La valeur 1 révèle l’inégalité la plus élevée: un seul ménage s’arroge alors tout le revenu d’un pays, ne laissant rien aux autres ménages. La valeur la plus faible est 0 et indique une égalité totale: chaque ménage d’un pays a alors exactement le même revenu. Plus le coefficient Gini est faible, plus la répartition des revenus est équitable. Le graphique suivant donne un aperçu du coefficient Gini par canton.

Carte de la Suisse coefficient Gini

Source: AFC, BAK Economics

Répartition équilibrée des revenus en Suisse en comparaison internationale

En comparaison internationale, la répartition des revenus est relativement équilibrée en Suisse. Seules la Norvège, l’Autriche et l’Allemagne affichent un coefficient Gini inférieur à la Suisse. Par contre, de nombreux autres pays présentent une répartition nettement moins équilibrée des revenus que la Suisse. Le coefficient Gini de la Banque mondiale est basé sur une autre définition des revenus que le revenu net des ménages fiscaux. C’est pourquoi les chiffres pour la Suisse divergent au chapitre suivant.

Le coefficient Gini en comparaison internationale

2016; Source: Banque mondiale, BAK Economics

Aperçu indicateurs

Source: AFC, BAK Economics

Conclusion de la répartition des revenus

Dans l’ensemble, la répartition des revenus en Suisse apparaît équilibrée par comparaison avec d’autres pays. Entre 2007 et 2016, la disparité des revenus s’est toutefois légèrement accrue en Suisse, en particulier dans les tranches de 10% des ménages aux revenus respectivement les plus faibles et les plus élevés. En 2016, la moitié de tous les ménages imposables en Suisse ne générait que 17% du total des revenus. La tranche supérieure de 10% produisait 41% du revenu global. En comparaison cantonale, la moitié des ménages imposables du canton d’Uri générait près de 23% du revenu global, davantage que dans tous les autres cantons. Dans le canton d’Uri, les ménages de la tranche supérieure de 10% captaient la plus faible part du revenu global (près de 30%), le chiffre le plus élevé, soit 55%, étant relevé dans le canton de Schwyz.

 

Où se situe votre revenu en comparaison suisse?

Découvrez-le!

4 Évolution de la répartition

Comment la répartition des revenus a-t-elle évolué en Suisse et dans les cantons au cours des dernières années? Nous avons étudié la question et avons fait d’intéressants constats.

Répartition des revenus globalement stable en Suisse durant la période observée – y compris dans les cantons

La répartition des revenus a été relativement constante en Suisse durant la période observée. En 2016, le coefficient Gini des revenus nets s’affichait à 0,48; par rapport à 2007 (0,47), le coefficient Gini est donc resté quasiment stable. En Suisse, le coefficient Gini a diminué en 2009, 2012 et 2016, tandis qu’il a augmenté les autres années. La crise financière et économique mondiale de 2008 n’a donc pas eu, elle non plus, un impact tangible sur la répartition des revenus en Suisse. Même si la répartition des revenus n’a globalement guère changé, son évolution au cours de la période observée présente quand même quelques aspects intéressants.

Coefficient Gini et quotient de quartile

Source: BAK Economics

Les cantons où les revenus sont les plus équitablement répartis sont ceux d’Uri, d’Argovie et de Glaris, avec des valeurs Gini situées entre 0,39 et 0,41 (Suisse: 0,48). La répartition des revenus est en revanche relativement déséquilibrée dans les cantons de Zoug, de Schwyz et de Genève. Ce que tous les cantons et la Suisse ont en commun par contre, c’est le fait que la répartition des revenus a globalement très peu changé durant la période observée. Les légers changements qui ont été relevés pointent néanmoins majoritairement dans une direction: la répartition devient légèrement moins équitable. Le coefficient Gini n’a légèrement baissé que dans dix cantons, si bien que l’évolution va dans le sens d’une diminution de l’inégalité.

Carte de Suisse «Évolution de l’indicateur %» (Gini, médiane)

Source: AFC, BAK Economics

L’écart entre riches et pauvres s’est légèrement creusé

Le quotient de quartile indique le rapport entre les revenus de la tranche inférieure de 25% et ceux de la tranche supérieure de 25%. Le quotient de quartile affiche également des valeurs comprises entre 0 et 1; toutefois, leur lecture est inversée par rapport au coefficient Gini: Plus le rapport est élevé, plus la répartition entre les quartiles est équitable. En Suisse, en 2016, la tranche de 25% des ménages les plus pauvres n’a pas dépassé un revenu de 25'700 CHF. Dans la tranche supérieure de 25% des ménages, le seuil de revenu se situait à 84'900 CHF. Cela donne un quotient de quartile de 0,303. Le quotient de quartile s’inscrit à la baisse en Suisse depuis 2007 (en 2007, il s’affichait encore à 0,322). Selon le quotient de quartile, le déséquilibre dans la répartition s’est donc légèrement accru durant la période observée.

Les cantons de Genève et du Tessin affichent la plus forte hausse du déséquilibre dans la répartition

Dans les cantons de Zoug (34'900 CHF), d’Argovie (33'700 CHF) et de Nidwald (33'200 CHF), le revenu de la tranche de 25% des ménages les plus pauvres était le plus élevé, le revenu le plus faible dans cette même tranche revenant aux cantons du Tessin (19'100 CHF), de Genève (17'000 CHF) et du Valais (9'500 CHF). Dans la tranche de 25% des ménages les plus riches, le seuil de revenu était le plus bas dans le canton du Valais (70'800 CHF) et le plus élevé (111'000 CHF) dans le canton de Zoug. Le quotient de quartile le plus élevé (0,391) est celui du canton d’Uri, le plus bas (0,134), celui du canton du Valais. La répartition des revenus est donc la plus équitable dans le canton d’Uri et la moins équitable dans le canton du Valais.

Dans 20 des 26 cantons, le quotient de quartile est en recul depuis 2007. Le déséquilibre dans la répartition des revenus a donc eu tendance à s’accroître durant la période observée. C’est dans les cantons de Genève et du Tessin que ce déséquilibre a été le plus net; le quotient de quartile y était en baisse de respectivement 8 et 5 points de pourcentage. Dans quelques cantons, la répartition des revenus s’est en revanche davantage équilibrée. La chose est particulièrement manifeste dans les cantons du Valais (+ 1,5 point de pourcentage), d’Obwald (+2,6 points de pourcentage et des Grisons (+ 2,9 points de pourcentage), comme l’indique la hausse du quotient de quartile.

Seuil de revenu de la classe moyenne en hausse d’environ 7% – Hausse également dans la quasitotalité des cantons

Comme les gens aiment se comparer les uns aux autres et se répartissent aussi mutuellement en groupes sociaux, les catégorisations faciles sont très prisées. Selon une définition courante, la classe moyenne rassemble les gens qui ont un revenu compris entre 70% et 150% du revenu médian. Les revenus situés sous 70% du revenu médian appartiennent à la classe inférieure, ceux supérieurs à 150% du revenu médian, à la classe supérieure.

En 2016, on appartenait donc à la classe moyenne suisse à partir d’un revenu net annuel de 36 680 CHF. Cela signifie qu’environ 35% des ménages faisaient partie de la classe inférieure en 2016. À l’autre bout de l’échelle, la classe supérieure rassemble les ménages dont le revenu net est supérieur à 78'600 CHF. Cela représente environ 28% des ménages. La classe moyenne se compose des 37% restants des ménages. Si l’on examine l’évolution depuis 2007, le seuil de revenu de la classe moyenne a augmenté de 6,7%.

Dans le canton de Zoug, en 2016, on ne faisait partie de la classe moyenne qu’à partir d’un revenu de 45'500 CHF. C’était le seuil de revenu de la classe moyenne le plus élevé en comparaison cantonale. Dans les cantons de Bâle-Campagne, de Zurich, d’Argovie, de Schwyz et de Nidwald aussi, le seuil était supérieur à 40'000 CHF. Cela signifie que dans les cantons de Zoug et de Zurich, environ 35% des ménages appartenaient à la classe inférieure, dans celui de Schwyz, 34%, dans ceux de Nidwald et de Bâle-Campagne, environ 33%, et dans celui d’Argovie, 31%. À l’autre bout de l’échelle de répartition, appartiennent à la classe supérieure dans le canton de Zoug les ménages disposant d’un revenu de plus de 97'500 CHF (plus de 86 250 CHF dans le canton de Nidwald). Ainsi, la classe supérieure rassemble environ 30% des ménages dans le canton de Zoug, 29% dans celui de Schwyz, 28% dans ceux de Bâle-Campagne et de Zurich et 27% dans ceux d’Argovie et de Nidwald. Dans le canton d’Argovie, 42% des ménages appartiennent à la classe moyenne, dans celui de Nidwald, 40%, dans le canton de Bâle-Campagne, 39%, dans les cantons de Zurich et de Schwyz, 37%, et dans le canton de Zoug, 35%.

Si l’on examine l’évolution depuis 2007, on s’aperçoit que le seuil de revenu de la classe moyenne a augmenté dans tous les cantons, sauf dans ceux du Tessin (-0,4%) et de Genève (-4,6%). Les cantons d’Obwald, d’Uri, de Schwyz et de Thurgovie affichent les taux de croissance les plus élevés.

La part de la classe inférieure dans le revenu global en Suisse s’est accrue au détriment de la classe moyenne

En 2016, la part de la classe moyenne dans le total des revenus s’élevait à 27,2%, en recul de 0,7 point de pourcentage par rapport à 2007. En revanche, la classe inférieure a vu sa part augmenter de 0,7%. La part de la classe supérieure est restée constante. La classe moyenne a donc moins pu participer à la prospérité du pays durant la période observée.

Si l’on répartit les ménages suisses non en classes de revenu (inférieure, moyenne, supérieure), mais en quatre groupes d’égale importance sur la base des quartiles, on obtient le graphique suivant pour la Suisse:

Classes de revenu en Suisse

Source: BAK Economics

La part des ménages situés dans la tranche inférieure de 25% (P0-P25) dans le revenu global s’établissait à 3,5% en 2016. Les ménages situés dans la tranche supérieure de 25% (P75-P100) détenaient 61,7% du revenu global. La tranche médiane de 50% (P25-P75) des ménages représentait quant à elle 34,8% du revenu global.

La part de la tranche inférieure de 25% (P0-P25) dans le revenu global était la plus éle-vée dans le canton d’Uri (6% en 2016). La part de la tranche médiane de 50% (P25-P75) des ménages était la plus élevée dans le canton d’Uri, où elle atteignait 44,2% du reve-nu global. Par voie de conséquence, les ménages situés dans la tranche supérieure de 25% (P75-P100) dans le canton d’Uri captent la plus faible part du revenu global (51,5%). Les parts respectives des revenus moyens et supérieurs sont les plus élevées dans les cantons de Genève, de Schwyz et de Zoug.

L’évolution de la part des bas revenus dans le revenu global est très contrastée selon le canton. Cette part a fortement augmenté dans les cantons d’Obwald, des Grisons, de Bâle-Ville et du Valais. En revanche, les cantons de Vaud, du Jura, de Neuchâtel, du Tessin et de Genève affichent un net recul de la part des bas revenus. Au total, les bas revenus ont perdu des parts. Les parts des revenus moyens dans le revenu global ont légèrement augmenté dans les cantons durant la période observée, les plus fortes hausses ayant été relevées dans les cantons de Schwyz, du Valais et de Nidwald. Dans quelques cantons, les revenus moyens ont aussi perdu du terrain (Vaud, Genève, Neuchâtel, Bâle-Ville, Appenzell Rhodes-Extérieures, Tessin). À l’inverse, les revenus supérieurs ont connu une évolution positive, puisqu’ils ont encore davantage participé à la prospérité durant la période observée.

Taux de risque de pauvreté en hausse

Le taux de risque de pauvreté correspond à la part de la population dont le revenu est inférieur au seuil de pauvreté. Le seuil de pauvreté se situe à 60% du revenu médian. Quand tous les revenus doublent, le taux de risque de pauvreté ne change pas; c’est un indicateur relatif qui ne mesure pas la pauvreté en soi.

Entre 2007 et 2016, le taux de risque de pauvreté a augmenté de 0,6 point de pourcen-tage, passant de 5% à 5,6%. Statistiquement, la pauvreté s’est donc accrue en Suisse. Cela peut néanmoins être dû au fait que le nombre d’apprentis et d’étudiants (âgés de plus de 18 ans et dès lors imposables) a également augmenté au cours de la période observée.

Conclusion de l’évolution de la répartition

Le tableau ci-après présente quelques indicateurs pour la Suisse, ainsi que leur évolution entre 2007 et 2016.

Aperçu indicateurs

Suisse 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 63'14964'77464'82565'28166'48765'49565'98367'08666'93267'929
Médian 49'10050'10050'40050'50050'80050'80051'10051'40051'40052'400
Écart-type 110'157.59112'046.10108'232.37110'557.04110'200.29108'110.95109'967.88113'549.77113'723.49114'371.08
Coefficient de variation 1.741.731.671.691.661.651.671.691.701.68
Écart-interquartile 53'10054'30055'10055'90056'30056'70057'10057'70058'20059'200
Quartile de quota 0.320.320.320.310.310.310.310.310.300.30
Coefficient Gini 0.470.470.470.480.480.480.480.480.480.48
Theil-Index 0000000000
Argovie 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 64'50565'73366'00066'21966'81467'03167'11567'27867'53568'851
Médian 54'00055'00055'40055'50055'90056'00056'30056'70056'70057'900
Écart-type 74'421.5973'409.1673'023.8072'656.0574'108.7674'544.6172'425.3372'028.3274'514.5775'385.11
Coefficient de variation 1.151.121.111.101.111.111.081.071.101.09
Écart-interquartile 50'60051'20052'10052'80053'40053'70054'10054'50054'90056'400
Quartile de quota 0.390.390.390.380.380.380.380.380.380.37
Coefficient Gini 0.400.400.400.400.410.410.410.400.410.41
Theil-Index 0000000000
Appenzell Rhodes-Intérieures 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 63'11363'25964'91362'34663'78263'61964'24265'29568'62266'972
Médian 48'10048'80048'80048'80049'20049'80050'20050'90051'10052'600
Écart-type 135'740.06127'522.22111'442.03115'179.42115'832.86102'637.84103'281.24103'266.70115'801.31108'375.93
Coefficient de variation 2.152.021.721.851.821.611.611.581.691.62
Écart-interquartile 48'50049'80050'80050'90051'70053'00053'40053'50054'40056'200
Quartile de quota 0.350.350.350.350.340.330.340.340.340.34
Coefficient Gini 0.470.460.470.450.460.450.450.450.470.45
Theil-Index 0000000000
Appenzell Rhodes-Extérieures 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 58'52360'64360'99061'76261'53361'48561'75661'99562'45363'114
Médian 47'50048'30048'10048'20049'00049'00049'40049'60049'70050'300
Écart-type 89'513.95105'654.64100'913.34104'332.4093'671.9195'656.5497'068.0695'691.5097'921.54106'372.06
Coefficient de variation 1.531.741.651.691.521.561.571.541.571.69
Écart-interquartile 48'70049'60050'00050'80051'30051'50051'40052'10052'40052'800
Quartile de quota 0.350.350.340.340.340.340.340.340.340.34
Coefficient Gini 0.440.450.460.460.450.450.450.450.450.45
Theil-Index 0000000000
Berne 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 53'41954'51555'06055'41855'86256'08756'54757'13257'69858'959
Médian 45'10046'10046'60046'70047'10047'40047'80048'10048'40049'500
Écart-type 67'135.1767'763.9267'619.1068'007.1168'953.8268'011.4067'544.9468'971.0769'693.0371'410.87
Coefficient de variation 1.261.241.231.231.231.211.191.211.211.21
Écart-interquartile 49'20050'00050'70051'20051'60051'90052'30052'40053'00054'000
Quartile de quota 0.310.310.310.310.310.310.310.310.310.31
Coefficient Gini 0.450.450.450.450.450.450.450.450.450.45
Theil-Index 0000000000
Bâle-Campagne 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 70'44171'56572'19772'66372'17472'24272'96874'02174'36175'237
Médian 56'90057'80058'40058'40058'30058'40058'60059'00059'00059'400
Écart-type 107'088.08105'573.01107'436.47107'505.97103'550.70102'731.68108'085.07111'946.02116'413.07115'800.30
Coefficient de variation 1.521.481.491.481.431.421.481.511.571.54
Écart-interquartile 55'70056'40057'70058'50059'10059'70060'20060'90061'70062'600
Quartile de quota 0.370.370.360.360.350.350.350.350.340.34
Coefficient Gini 0.440.440.440.440.440.440.450.450.450.45
Theil-Index 0000000000
Bâle-Ville 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 62'30664'03766'33167'00667'73468'04069'70670'80471'33272'145
Médian 46'40047'00048'90049'10049'50049'60050'10050'20050'40050'600
Écart-type 122'753.37124'365.74115'590.12114'546.32124'922.35121'473.41127'979.19139'947.16143'639.43140'998.65
Coefficient de variation 1.971.941.741.711.841.791.841.982.011.95
Écart-interquartile 54'10054'20054'50055'00055'10055'90056'80057'90058'70059'300
Quartile de quota 0.280.290.310.310.310.300.300.290.290.29
Coefficient Gini 0.510.510.500.500.500.500.500.510.510.52
Theil-Index 0000000000
Fribourg 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 58'23359'20859'78960'12561'57961'29161'94661'69862'61963'090
Médian 48'60049'40049'60049'80050'10050'30050'40051'00051'00052'400
Écart-type 68'826.7568'296.5670'776.4671'425.5974'006.5171'438.7472'508.8972'844.0573'271.8274'318.20
Coefficient de variation 1.181.151.181.191.201.171.171.181.171.18
Écart-interquartile 52'30052'90054'20055'20055'50056'00056'40057'00057'00058'500
Quartile de quota 0.320.330.320.310.310.310.310.310.310.31
Coefficient Gini 0.440.430.440.440.450.450.460.450.450.44
Theil-Index 0000000000
Genève 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 77'87979'38079'06179'45878'34977'05076'96983'87977'82576'570
Médian 52'00052'60053'00053'00052'40051'70051'00050'70050'00049'600
Écart-type 199'641.50199'647.88200'029.46197'993.04198'818.82190'560.43204'725.93202'882.58199'897.85186'136.15
Coefficient de variation 2.562.522.532.492.542.472.662.422.572.43
Écart-interquartile 63'80065'50066'70067'50067'80069'40069'90070'70071'00071'800
Quartile de quota 0.270.270.260.250.250.230.220.210.200.19
Coefficient Gini 0.550.560.550.560.560.560.570.610.590.59
Theil-Index 0000000000
Glaris 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 54'62956'30656'16956'98457'39457'15559'36858'79758'63759'356
Médian 46'20047'90048'00047'70048'10048'40049'00049'30049'10050'100
Écart-type 59'382.7966'385.2259'186.5970'055.8769'677.7070'525.0574'739.2266'403.4767'541.8269'577.17
Coefficient de variation 1.091.181.051.231.211.231.261.131.151.17
Écart-interquartile 44'10045'00045'50045'80046'70046'80047'40048'30048'30049'500
Quartile de quota 0.380.380.380.370.370.370.370.360.360.36
Coefficient Gini 0.400.400.400.410.410.410.430.420.420.41
Theil-Index 0000000000
Grisons 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 53'29354'64054'79756'07856'28556'38557'12257'49857'75658'717
Médian 43'30044'40044'50044'80045'30045'50046'00046'30046'40047'100
Écart-type 79'675.7279'659.7480'148.3488'270.5085'052.4185'830.8185'108.7082'970.0083'523.7888'273.17
Coefficient de variation 1.501.461.461.571.511.521.491.441.451.50
Écart-interquartile 53'20053'90054'50055'00054'70054'40054'30054'60054'50054'900
Quartile de quota 0.250.260.250.250.260.270.280.280.280.28
Coefficient Gini 0.470.470.470.480.470.470.470.470.470.47
Theil-Index 0000000000
Jura 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 50'40451'79051'82752'31952'51552'55652'51352'86753'13252'995
Médian 43'10044'00044'30044'10044'40044'40044'30044'60044'50045'100
Écart-type 55'720.4455'887.9555'163.4357'510.7555'590.9355'535.4456'693.4259'090.1358'890.5158'675.48
Coefficient de variation 1.111.081.061.101.061.061.081.121.111.11
Écart-interquartile 47'60048'40049'20049'60049'80050'30050'60051'30050'90051'500
Quartile de quota 0.310.310.310.310.310.300.300.290.290.29
Coefficient Gini 0.440.440.440.440.440.440.440.450.450.45
Theil-Index 0000000000
Lucerne 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 58'79860'47061'09761'44862'29462'57464'01063'85164'50065'699
Médian 48'40049'70050'00050'20050'70050'80051'50051'90052'10053'200
Écart-type 85'566.1982'897.3586'019.9987'450.9189'638.5687'390.1786'025.0385'515.5490'040.9794'078.87
Coefficient de variation 1.461.371.411.421.441.401.341.341.401.43
Écart-interquartile 47'80049'10049'60050'30051'10051'50051'70052'00052'30053'300
Quartile de quota 0.360.360.360.360.350.350.360.360.360.36
Coefficient Gini 0.430.430.430.430.440.440.440.430.430.43
Theil-Index 0000000000
Neuchâtel 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 56'89657'81257'22856'81257'85257'98958'02658'34758'54058'209
Médian 46'50047'10047'00046'30047'00047'10046'90046'70046'50046'800
Écart-type 76'050.1375'752.8571'018.7071'072.4872'973.1473'193.2076'007.7579'014.7681'523.7277'512.32
Coefficient de variation 1.341.311.241.251.261.261.311.351.391.33
Écart-interquartile 52'30053'50054'10054'30054'80054'50054'90055'00055'10056'000
Quartile de quota 0.310.300.300.290.290.290.290.290.280.27
Coefficient Gini 0.450.460.460.460.460.460.470.470.480.48
Theil-Index 0000000000
Nidwald 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 78'03779'70378'73478'13781'45278'96882'77991'52080'51782'020
Médian 53'60054'80054'70054'60055'30055'40055'70056'30056'20057'500
Écart-type 240'881.87248'851.58229'568.54208'235.25242'171.20226'111.01262'243.28247'404.91195'520.62222'177.11
Coefficient de variation 3.093.122.922.672.972.863.172.702.432.71
Écart-interquartile 52'20054'00054'50054'60056'30056'20056'60056'70056'70057'400
Quartile de quota 0.380.370.370.370.360.360.360.370.370.37
Coefficient Gini 0.510.510.500.500.510.500.510.550.490.50
Theil-Index 0000000000
Obwald 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 58'25459'47860'23762'31862'56163'92871'95866'58995'19569'213
Médian 45'70047'10047'70048'50049'20049'60049'90051'40051'90053'000
Écart-type 107'665.73110'217.42104'080.50131'685.22114'451.30128'411.54122'143.18119'641.43116'845.99119'661.52
Coefficient de variation 1.851.851.732.111.832.011.701.801.231.73
Écart-interquartile 48'50049'40050'40051'30051'70052'30052'00052'40052'60053'800
Quartile de quota 0.320.330.330.330.330.330.340.350.350.35
Coefficient Gini 0.470.470.460.470.460.470.520.460.620.47
Theil-Index 0000000000
Saint-Gall 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 57'17558'67558'65258'86359'50459'38059'75860'26160'61161'740
Médian 47'40048'30048'50048'70049'00049'10049'50049'90050'20051'100
Écart-type 78'656.6680'354.1178'573.9677'078.6176'710.7274'879.7276'445.5777'935.2880'769.1678'971.28
Coefficient de variation 1.381.371.341.311.291.261.281.291.331.28
Écart-interquartile 47'10048'30048'30049'00049'60049'70049'70050'10050'30051'400
Quartile de quota 0.360.360.360.350.350.350.350.360.360.35
Coefficient Gini 0.430.430.430.430.430.430.420.420.420.43
Theil-Index 0000000000
Schaffhouse 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 58'76859'49259'41559'67259'86259'75060'63161'08861'27762'160
Médian 48'60049'60049'80049'80050'00049'90050'30050'80050'90051'700
Écart-type 68'747.3973'230.8371'459.9175'244.9573'681.5273'896.8982'182.8181'072.8979'547.1377'703.10
Coefficient de variation 1.171.231.201.261.231.241.361.331.301.25
Écart-interquartile 46'70047'80048'00048'30049'00049'60050'50050'80051'30052'100
Quartile de quota 0.370.370.370.370.360.360.350.350.350.35
Coefficient Gini 0.420.410.410.420.410.420.420.420.430.42
Theil-Index 0000000000
Soleure 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 57'43259'60560'23060'21260'83660'86560'96961'14461'28762'395
Médian 48'80050'40050'90051'00051'30051'40051'60051'50051'60052'600
Écart-type 66'493.2070'203.3973'261.2070'350.4870'530.7271'190.1671'017.4272'076.6373'164.1974'495.66
Coefficient de variation 1.161.181.221.171.161.171.161.181.191.19
Écart-interquartile 49'90051'40051'90052'60052'70052'80053'00053'20053'50054'700
Quartile de quota 0.340.350.350.340.340.340.340.340.340.34
Coefficient Gini 0.430.430.430.430.430.430.430.430.430.43
Theil-Index 0000000000
Schwytz 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 89'38591'69694'73394'093102'87792'17792'739103'63492'19295'440
Médian 52'20053'40054'00054'30054'70054'90055'20055'80055'80057'600
Écart-type 428'068.95379'582.09390'457.11366'387.27409'759.36357'176.06399'162.94490'835.90319'464.84342'124.61
Coefficient de variation 4.794.144.123.893.983.874.304.743.473.58
Écart-interquartile 54'30056'70058'10059'10059'90060'60060'90061'70061'70064'000
Quartile de quota 0.350.340.340.340.330.330.330.330.330.33
Coefficient Gini 0.580.580.590.590.620.570.570.610.560.57
Theil-Index 0000000000
Thurgovie 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 59'20260'93061'17861'22462'03162'33763'37963'54464'22165'339
Médian 49'20050'30050'50050'50051'30051'50052'00052'50052'70054'100
Écart-type 74'520.9577'266.8973'549.8877'518.4478'134.0974'901.0079'644.7478'433.5884'205.8480'285.91
Coefficient de variation 1.261.271.201.271.261.201.261.231.311.23
Écart-interquartile 48'80050'20050'50050'80051'60052'10052'30052'80053'20054'900
Quartile de quota 0.360.360.360.360.360.350.360.360.350.35
Coefficient Gini 0.420.420.420.420.420.420.430.420.430.42
Theil-Index 0000000000
Tessin 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 58'27159'88359'33159'70359'61759'60159'72860'36560'50360'923
Médian 44'50045'20044'60044'50044'40044'10043'90043'90043'80044'300
Écart-type 106'013.81110'630.32106'757.41110'700.36114'073.44112'365.87112'990.13117'703.65121'699.86121'066.38
Coefficient de variation 1.821.851.801.851.911.891.891.952.011.99
Écart-interquartile 49'80051'20052'00052'50053'20053'50053'90054'20054'60055'700
Quartile de quota 0.310.300.290.290.280.270.270.270.260.26
Coefficient Gini 0.480.490.490.500.500.510.510.520.520.52
Theil-Index 0000000000
Uri 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 52'50553'56354'49455'08255'48956'51657'18158'82158'91160'409
Médian 46'80048'40048'60048'50049'10050'00050'40051'50051'30052'500
Écart-type 50'185.2949'288.5953'368.9658'682.0354'241.7452'374.2455'566.4857'731.8356'139.5859'182.95
Coefficient de variation 0.960.920.981.070.980.930.970.980.950.98
Écart-interquartile 42'70043'20044'30044'70045'60045'90046'50046'80047'30047'600
Quartile de quota 0.380.390.380.380.380.380.380.390.380.39
Coefficient Gini 0.380.370.380.390.380.380.390.390.390.39
Theil-Index 0000000000
Vaud 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 67'21569'12568'35669'42969'33569'57969'87570'08970'29171'209
Médian 49'70050'50050'70050'70050'70050'50050'80051'00050'90051'700
Écart-type 111'966.50116'988.10112'467.40117'373.43115'273.36118'639.75119'069.14117'523.96119'388.82120'813.41
Coefficient de variation 1.671.691.651.691.661.711.701.681.701.70
Écart-interquartile 59'10060'70061'30062'20062'60063'30063'50063'80064'00064'900
Quartile de quota 0.290.290.280.280.270.270.270.270.260.26
Coefficient Gini 0.490.500.490.500.500.510.510.510.510.51
Theil-Index 0000000000
Valais 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 47'19448'10148'57048'44348'17648'10148'79348'50948'68550'444
Médian 38'50039'00039'20039'00038'90038'80039'10039'40039'70041'200
Écart-type 70'226.3271'332.6570'564.1072'150.3868'819.7068'826.8069'197.7269'682.4369'439.1471'116.66
Coefficient de variation 1.491.481.451.491.431.431.421.441.431.41
Écart-interquartile 58'60059'00059'90060'20060'20060'10059'90060'30060'30061'300
Quartile de quota 0.120.130.130.120.120.120.130.120.130.13
Coefficient Gini 0.520.520.520.520.520.520.520.520.520.52
Theil-Index 0000000000
Zoug 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 98'819103'408101'897101'861133'548102'907101'080100'445102'960104'222
Médian 60'20061'90062'50062'60063'20063'20063'40063'90064'30065'000
Écart-type 376'900.72423'251.50376'352.70392'198.27512'696.57371'170.36352'206.91321'373.96320'486.18350'964.20
Coefficient de variation 3.814.093.693.853.843.613.483.203.113.37
Écart-interquartile 65'50067'60069'80070'60071'10072'70072'80073'70074'40076'100
Quartile de quota 0.340.340.330.320.320.310.320.320.320.31
Coefficient Gini 0.570.570.560.560.660.570.550.550.550.55
Theil-Index 0000000000
Zurich 2007200820092010201120122013201420152016
Valeur moyenne 71'35173'58772'74273'60775'65073'49773'81775'25875'06377'160
Médian 53'40055'10055'30055'50055'70056'00056'20056'80056'30058'000
Écart-type 136'859.21137'358.24127'277.34134'909.57129'435.83127'230.40125'475.37132'684.69137'225.12135'292.81
Coefficient de variation 1.921.871.751.831.711.731.701.761.831.75
Écart-interquartile 56'40058'00059'10060'00060'70061'20061'30062'70064'00064'300
Quartile de quota 0.340.340.330.330.320.320.320.320.310.32
Coefficient Gini 0.480.480.470.480.490.470.470.480.490.48
Theil-Index 0000000000

Source: BAK Economics

Tant en Suisse que dans les cantons suisses, la répartition des revenus a été relativement constante durant la période observée. La crise financière et économique de 2008 n’a pas eu, elle non plus, un impact tangible sur la répartition des revenus. Selon le coefficient de Gini, les cantons affichant la répartition la plus équilibrée des revenus sont ceux d’Uri, d’Argovie et de Glaris. La répartition des revenus est en revanche relativement inégalitaire dans les cantons de Zoug, de Schwyz et de Genève. Au total, l’inégalité dans la répartition des revenus s’est légèrement accrue et il en va par conséquent de même pour l’écart entre pauvres et riches. Le seuil de revenu de la classe moyenne a augmenté en Suisse. Une hausse de ce seuil a pareillement été observée dans la quasitotalité des cantons. Durant la période observée, la part de la classe inférieure dans le revenu global en Suisse s’est accrue au détriment de la classe moyenne La classe moyenne a donc moins pu participer à la prospérité du pays durant la période observée.



5 Digression: fortune

Le nombre de millionnaires en très nette augmentation

Entre 2007 et 2016, le nombre de millionnaires a augmenté de pas moins de 43% pour atteindre 311'000 personnes. Cette hausse ne s’explique ni par le renchérissement (pratiquement nul), ni par la migration. Outre l’évolution positive des revenus, l’évolution des cours des titres et des prix de l’immobilier en particulier ont contribué à cette hausse. Le krach boursier qui a suivi la crise financière en 2008 est également visible dans les chiffres. Depuis pourtant, le nombre de millionnaires ne cesse de croître.

Millionnaires

Nombre de personnes; Source: Administration fédérale des contributions, statistique de la fortune des personnes physiques, par can-tons et pour l’ensemble de la Suisse

La fortune des millionnaires a augmenté de plus de moitié (+52%) depuis 2007. En 2016, elle s’élevait au total à quelque 1255 milliards de CHF. La fortune a plus fortement augmenté que le nombre de millionnaires, ce qui signifie que la fortune moyenne par millionnaire s’est aussi accrue (+6,3%). Cette hausse apparaît étonnamment faible, mais elle s’explique par le fait que la fortune également en hausse et relativement élevée des «anciens millionnaires» a été diluée (entendez «réduite») par la fortune relativement faible des «nouveaux millionnaires». Là encore, le krach boursier qui a suivi la crise financière en 2008 apparaît dans les chiffres.


Fortune des millionnaires

En millions de CHF; Source: Administration fédérale des contributions, statistique de la fortune des personnes physiques, par can-tons et pour l’ensemble de la Suisse

La fortune de tous les ménages privés a aussi fortement augmenté. La fortune immobilière en particulier s’est accrue d’environ 50%, à 1899 milliards de CHF, durant la période observée. Au total, la fortune privée des Suisses a augmenté de près de 37%, à 4344 milliards de CHF, au cours de la période observée. L’effondrement produit par la crise financière de 2008 apparaît de nouveau clairement tant au niveau de la fortune totale qu’au niveau des créances financières (qui rassemblent les avoirs bancaires et les obligations, mais aussi les actions, les fonds communs de placement et les prétentions envers des assurances et des caisses de pension). Ces valeurs patrimoniales s’entendent brutes. Si l’on déduit les engagements financiers de 842 millions de CHF, la fortune nette des ménages privés s’établit à 3502 millions de CHF en 2016.


Fortune des ménages privés

Fortune en CHF; Source: Banque nationale suisse, fortune des ménages privés

Conclusion de la répartition de la fortune

En résumé, on peut dire qu’au total, en raison de la forte hausse des valeurs immobilières et boursières durant la période 2007 à 2016, les fortunes ont augmenté bien plus fortement en Suisse que les revenus ou le PIB. Le nombre de millionnaires et leur fortune ont dès lors également progressé.


Les questions importantes pour bien comprendre

Vous trouverez d'autres informations relatives à la procédure de même que les définitions les plus importantes ici.

Où se situe votre revenu en comparaison suisse?

Découvrez-le!

Où se situe votre revenu en comparaison suisse?

Découvrez où vous vous situez.