Accesskeys

Il est temps de parler d’argent.

L’Europe en route vers la transformation verte

L’Europe entend être le premier continent à atteindre la neutralité climatique. Il s’agit d’un objectif ambitieux, mais réalisable. Depuis la signature de l’accord de Paris sur le climat, les lignes ont bougé et les efforts s’accentuent. Les règles qui entrent en vigueur cette année et l’année prochaine s’appliquent également au secteur financier. En tant que «lubrifiant de l’économie», ce dernier est peut-être une pièce déterminante du puzzle.

Demander un conseil

La première conférence des Nations unies sur le climat a eu lieu à Berlin en 1995. Il a fallu attendre 2015 et l’Accord de Paris sur le climat pour disposer d’une convention ayant pour objectif de limiter à 2° C le réchauffement mondial moyen. En 2018 a suivi le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, portant sur les conséquences d’une hausse de la température mondiale de 1,5° C. Depuis, le changement climatique a fait émerger un consensus sur le caractère sérieux de la menace. D’après le dernier rapport de l’Organisation météorologique mondiale, le réchauffement de la planète a déjà atteint 1,2° C.

La transformation «verte», de quoi s'agit-il?

La transformation «verte» vise à promouvoir les produits et services respectueux de l'environnement et, surtout, du cli-mat. Les infrastructures, notamment les bâtiments, la mobi-lité et la production d'énergie, doivent également être trans-formées en conséquence.

Une transformation verte réussie nécessite, outre du discernement de la part du public et des responsables politiques, des conditions-cadres réglementaires efficaces, afin que l’économie privée agisse en tenant compte des objectifs climatiques.

«L’objectif du pacte vert européen est ambitieux, mais accessible.»
Nicolas Hefti et Daniel Breitenstein, analystes financiers

Avez-vous des questions à poser ou des commentaires à faire vis-à-vis des au-teurs de cet article?

En 2019, l’Europe a lancé le Pacte vert pour tenter de devenir le premier continent à atteindre la neutralité climatique.

Pacte vert européen

Le Pacte vert a été présenté par la Commission européenne en 2019. L'objectif est de réduire à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre au sein de l'Union Européenne d'ici 2050 et, partant, de rendre cette dernière climatique-ment neutre. Le Pacte vert Green Deal doit devenir le maillon essentiel de la po-litique climatique de l'UE.

Informations supplémentaires

L’Allemagne passe à la vitesse supérieure dans le tournant énergétique

L’objectif est ambitieux, mais accessible. L’Allemagne passe donc à la vitesse supérieure dans ce domaine. Certaines des valeurs cibles définies par le passé ont déjà été atteintes.

La part d’électricité provenant de sources renouvelables dans la consommation électrique brute1 s’élevait en 2020 à environ 45,5 % (fig. 1). Le seuil de 35 % fixé pour cette année a ainsi été nettement dépassé. En 2000, les énergies renouvelables ne représentaient encore que 6,3 %.

1 La consommation électrique brute désigne la quantité totale d’électricité consommée dans un pays. Il est important de mentionner les données brutes, car elles tiennent compte de l’électricité consommée par les utilisateurs finaux, mais aussi du volume perdu, p. ex. lors du transport.
https://www.bmwi-energiewende.de/EWD/Redaktion/Newsletter/2016/01/Meldung/direkt-erklaert.html

Fig. 1: la part d’énergies renouvelables dans la consommation électrique brute allemande augmente*

Source: Banque Cler, Ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie; * chiffres provisoires

Les énergies renouvelables continuent d'être encouragées

La fourchette fixée comme objectif pour le développement des énergies renouvelables d’ici 2025 (40-45 %) était déjà atteinte en 2019. C'est pourquoi la nouvelle loi allemande sur les énergies renouvelables (EEG 2021) est d'ores et déjà plus ambitieuse que le programme de protection du climat 2030. Désormais, la part d’énergies renouvelables dans la consommation électrique brute doit s’élever à 65 % d’ici 2030. Avant 2050, la totalité de l’électricité produite et consommée en Allemagne devra reposer sur une production neutre en gaz à effet de serre.

Pour atteindre ces objectifs, il est indispensable de disposer de capacités de production. L’Allemagne mise avant tout sur trois piliers:

  • l’éolien terrestre,
  • le photovoltaïque et
  • l’éolien en mer.

Ces trois secteurs constituent déjà plus de 70 % de la production électrique brute issue d’énergies renouvelables. Les taux de croissance annuelle moyens affichaient deux chiffres ces dix dernières années (éolien terrestre: 10,45 %; photovoltaïque: 15,74 %; éolien en mer: 65,60 %). Le nouvel objectif prévoit une puissance installée de 71 gigawatts (GW) pour l’éolien terrestre et de 100 GW pour l’énergie solaire. Pour l’éolien en mer, l’objectif est de la faire passer de 15 à 20 GW d’ici 2030 et à 40 GW d’ici 2040.

Renforcement des mesures pour une meilleure efficacité énergétique

La stratégie d’efficacité énergétique 2050 mise en place par le gouvernement fédéral en définit les grandes lignes. Ainsi, la consommation d’énergie primaire doit être réduite de 30 % par rapport à 2008. Rien que pour les programmes de promotion de l’efficacité, les fonds fédéraux annuels moyens alloués à la planification financière des années 2021 à 2024 s’élèvent à 6,3 milliards d’euros. L’instrument de marché qu’est la tarification du CO₂ doit inciter à améliorer l’efficacité énergétique dans les domaines des transports et de la chaleur. La totalité des recettes issues du commerce des émissions dues aux combustibles est destinée à des mesures de protection du climat (p. ex. prime à l’achat de véhicules électriques, promotion de la rénovation énergétique des bâtiments), de décharge de l’économie et d’équilibre social.

L’un des éléments essentiels pour la réussite du tournant énergétique est le développement de l’infrastructure de réseau

Les réseaux de distribution électrique régionaux sont de plus en plus sollicités. Ce qui conduit à une augmentation du courant injecté. En effet, plus de 90 % de la puissance installée dans les installations d’énergies renouvelables y est raccordée, et de plus en plus de consommateurs de courant sont également producteurs. Afin de redimensionner les réseaux de distribution pour un tel volume, des investissements sont nécessaires.

L’utilisation des technologies numériques joue également un rôle décisif dans leur modernisation. Pour pouvoir répondre à ces sollicitations, ils doivent être transformés en réseaux intelligents (smart grids). Ils sont ainsi équipés de technologies de communication, de contrôle et de réglage, ainsi que de composants informatiques. De cette façon, ils peuvent être connectés intelligemment les uns aux autres, ainsi qu’aux infrastructures de production et de consommation d’électricité.

«Pour permettre à l'Europe d'atteindre la neutralité climatique, les investisseurs doivent s'impliquer.»

Intégration du secteur financier pour dynamiser la transformation verte

Pour atteindre la neutralité climatique, il est important que les investisseurs prennent le train en marche. Jusqu’à présent, il était difficile à ces derniers d’évaluer objectivement la durabilité des produits financiers. Il n’existait aucune définition uniforme de la durabilité, et la transparence nécessaire était insuffisante. Une réponse à ces problèmes est apportée grâce aux règlements qui entreront progressivement en vigueur à partir de cette année dans le cadre du Pacte vert:

  • Création d'un système de classification des activités durables.
  • Introduction d'une obligation de déclaration pour les produits financiers.

Son objectif est de promouvoir les entreprises qui privilégient les activités durables au moyen de flux d’investissements issus du secteur financier.

Quid de la Suisse?

La Suisse prend une direction similaire. L’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers a adapté ses circulaires «Publication – banques» et «Publication – assureurs» pour répondre à l’obligation de transparence au sujet des risques climatiques. Un renforcement des mesures devrait avoir lieu.

Ces nouveaux jalons feront probablement évoluer à long terme les règles du jeu. L’industrie de l’investissement européenne s’en est trouvée secouée. Les organismes proposant des fonds de placement ont commencé à adapter également l’orientation des portefeuilles qui n’étaient pas explicitement gérés de façon durable. Il s’agit d’un avant-goût de ce que les nouvelles règles pourraient avoir comme incidences favorables sur les flux de capitaux. Auparavant, les placements durables avaient souvent pour objectif de ne pas réaliser des performances inférieures à celles du marché. Désormais, ils pourraient constituer un avantage à un moyen ou à long terme.

Êtes-vous également désireux de participer à la transformation verte et de profiter des opportunités de rendement?

Nous vous montrons comment!

Convenir d’un rendez-vous