Accesskeys

Perspectives relatives aux marchés

Lutte entre les géants de l'économie que sont les États-Unis et la Chine: dans un avenir proche, les États-Unis maintiendront leur place en tant que première puissance économique

Si l’économie chinoise a sensiblement gagné en importance ces 30 dernières années, les États-Unis restent numéro un (en valeur nominale). Récemment, les probabilités que les États-Unis restent numéro un plus longtemps que prévu ont de nouveau augmenté. Une situation due non seulement aux problèmes internes actuels que traverse la Chine et aux frictions géopolitiques croissantes entre cette dernière et les pays industrialisés, mais aussi – largement – aux évolutions aux États-Unis et à leur statut mondial.

Lutte entre les géants de l'économie que sont les États-Unis et la Chine
Dr. Stefan Kunzmann et Fabian Rossi, Investment Research

Être conseillé

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la fonction de monnaie d’ancrage du dollar américain dans le régime de Bretton Woods a joué un rôle essentiel dans son accession au rang de devise de référence internationale. Aujourd’hui, le billet vert est incontournable dans le commerce international de biens et de services. Ces deux dernières années, il a même gagné en importance en tant que moyen de paiement international, au détriment de l’euro: sa part dans les paiements internationaux via Swift (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication) est passée de près de 40% en juillet 2021 à plus de 46% en juillet 2023, celle de l’euro de plus de 38% à un peu plus de 24%. Ce recul de l’euro pourrait être lié à la guerre de la Russie contre l’Ukraine ainsi qu’aux sanctions imposées à Moscou et à ses exportations d’énergie et de matières premières. Quelles qu’en soient les causes, il nous semble intéressant de noter que le yuan n’en a pas réellement profité, ce qui n’en fait donc pas une alternative au dollar américain. Sa part dans les paiements internationaux via Swift a évolué de quelque 2% à un peu plus de 3% (fig. 1). Côté réserves de devises mondiales également, le dollar américain conserve sa première place, avec près de 60% (fig. 2).

Dans ce cadre, la confiance dans une devise est déterminante. Elle s’appuie sur les contextes politique et juridique de la zone monétaire concernée, sur une convertibilité illimitée des monnaies, sur la libre circulation des capitaux, sur la garantie des droits de propriété, etc. Ces éléments constituent l’atout décisif du dollar américain, surtout par rapport à la monnaie chinoise – un atout aux avantages géostratégiques et économiques pour les États-Unis.

Les placements à la Banque Cler

Les marchés financiers vous intéressent-ils? Quel capital pouvez-vous et voulez-vous investir? De combien de temps disposez-vous? Souhaitez-vous vous occuper de vos placements financiers?

En fonction de votre patrimoine, de votre intérêt et de vos connaissances, vous pouvez solliciter des prestations de conseil, déléguer entièrement la gestion de votre patrimoine à des spécialistes, opter pour une combinaison de ces deux modèles, voire vous occuper seul de vos placements. La Banque Cler vous offre toutes ces possibilités.

En savoir plus
Être conseillé

Importance capitale de l’économie intérieure américaine

La structure économique des États-Unis présente un statut particulier à certains égards, comme la part élevée de la consommation privée en pourcentage du PIB: elle se situe toujours aux alentours de 70% aux États-Unis là où, dans les autres pays industrialisés, elle dépasse 50%, voire 60% dans des cas isolés. La situation sur le marché du travail et, partant, l’évolution de la consommation privée qui en découle, jouent donc un rôle crucial pour la conjoncture américaine. Au cours de l’année, ces facteurs ont considérablement soutenu le PIB et contribué à éviter une récession dans le pays.

La part des investissements est toutefois relativement faible. En effet, en 2021, elle se montait à 20% de la performance économique globale américaine, contre 40% en Chine conformément au modèle économique actuel. Sur ce plan, les États-Unis doivent faire face à des infrastructures parfois vétustes et s’efforcent donc de préparer celles-ci ainsi que leur économie aux défis à venir, aussi bien dans le cadre de la concurrence entre systèmes que de la lutte contre le changement climatique qui avance.

Investissements majeurs dans les infrastructures

Jusqu’à présent, le gouvernement du président américain Joe Biden s’est distingué par ses programmes d’investissement d’envergure dans les infrastructures, une politique budgétaire expansionniste surnommée «Bidenomics». Si cette appellation est d'abord née dans les rangs républicains avec une connotation négative, le président lui-même l’emploie aujourd’hui, insistant sur la volonté de renforcer l’industrie nationale et de soutenir les franges de la population qui ont été «oubliées» dernièrement. Alors que l’ancien gouvernement républicain tentait majoritairement de stimuler l’investissement et donc la productivité par des baisses d’impôts sur les entreprises, son successeur cherche à promouvoir directement les investissements grâce à des fonds publics.

Avec le programme conjoncturel initié par le président Joe Biden, le terme «Bidenomics» s'est imposé. La relance de l'économie nationale devrait donner un coup de fouet aux titres américains.

Les principaux programmes d’investissement sont l’«Infrastructure Investment and Jobs Act», le «Chips and Science Act» et l’«Inflation Reduction Act», Les noms révèlent en partie les intentions respectives des programmes: ainsi, l'«Infrastructure Investment and Jobs Act» prévoit des investissements d’environ 1200 milliards d’USD sur dix ans dans les infrastructures nationales. Il s’agit notamment de dépenses déjà définies pour la rénovation des routes et des ponts (110 milliards), du réseau ferroviaire (66 milliards), du système d’alimentation en énergie (65 milliards), de la couverture à haut débit (65 milliards) et de l’approvisionnement en eau (55 milliards), ainsi que d’autres projets de moindre ampleur. Une obligation qui incombait aux États-Unis depuis longtemps, puisqu’ils ont investi relativement peu dans les infrastructures physiques par rapport aux autres pays ces dernières années. Outre la stabilité de la consommation privée, le pays doit probablement la solidité de l’évolution de son PIB au cours des derniers trimestres à de tels programmes d’investissement.
«Ce n’est pas un hasard si les marchés des actions et des obligations américains dominent les indices mondiaux.»
Stefan Kunzmann, responsable Investment research
Quant à l’«Inflation Reduction Act», il ne prévoit pas – contre toute attente – de lutter contre l’inflation, mais encourage les investissements dans les énergies renouvelables. Les dépenses, subventions ou avantages fiscaux publics sont censés produire un effet d’attraction et stimuler ainsi des investissements privés supplémentaires. Le gouvernement se concentre ici sur des secteurs qu’une absence d’intervention de l’État priverait de la présence de certains acteurs privés, ce qui serait dommageable à long terme pour l’économie américaine. Selon le gouvernement américain, depuis le lancement de ce programme en août 2022, des projets dépassant les 110 milliards d’USD ont été annoncés dans le secteur privé. Les investissements concernent majoritairement les technologies liées aux batteries, à l’énergie solaire, aux parcs éoliens et aux véhicules électriques (au total 46 milliards d’USD). D’après la figure 3, grâce à l’«Inflation Reduction Act», le nombre d’investissements privés importants dans ces secteurs a fortement augmenté durant l’année suivant le lancement du programme.

Lui aussi adopté en août 2022, le «Chips and Science Act» poursuit des objectifs similaires grâce à des incitations fiscales et à l’investissement, en mettant toutefois principalement l’accent sur le développement de l’industrie nationale des semi-conducteurs.

Les titres américains incontournables dans les portefeuilles

Ce n’est pas un hasard si les marchés des actions et des obligations américains dominent les indices mondiaux. Les fonds alloués par l’actuel gouvernement pour promouvoir l’investissement privé, moderniser les infrastructures et renforcer l’économie nationale devraient permettre aux États-Unis de conserver encore un certain temps leur place de leader économique. Les titres américains sont donc incontournables dans tout portefeuille largement diversifié.

  • Conseil
    Au vu de la transparence et de l’efficacité élevées du marché financier américain, il est difficile pour les gestionnaires de fonds actifs de superformer à moyen et long termes les larges indices du marché. Dans le cadre de la gestion de fortune, nous misons donc sur des fonds alignés sur un indice et des ETF pour couvrir le marché des actions américain, par exemple UBS ETF plc – MSCI USA Socially Responsible UCITS ETF (IE00BJXT3C94), durable, et iShares MSCI North America UCITS ETF (IE00B14X4M10), pour les placements conventionnels.

Données boursières et de marché

Informez-vous régulièrement sur les données boursières et de marché du moment.

Aperçu

Perspectives

«Perspectives», le magazine des investisseurs et de ceux qui s'intéressent aux marchésfinanciers et prévisions économiques.

Lire le magazine
Il pourrait vous intéresser: notre blog
  • L’attractivité des investissements en Chine sur le déclin

    Perspectives relatives aux marchés

    L’attractivité des investissements en Chine sur le déclin

    Après des années de croissance, le pays communiste se heurte à divers problèmes, notamment en raison de sa position de plus en plus agressive (Hong Kong/Taïwan), face à laquelle les critiques se multiplient dans les États occidentaux. Tant la pandémie de coronavirus que l’invasion de l’Ukraine par la Russie ont par ailleurs exposé au grand jour la dépendance économique de l’Europe vis-à-vis de la Chine. Une situation qui n’est pas sans conséquences: il y a encore quelques années, nombre d’établissements financiers voyaient les actions chinoises comme des investissements opportuns et prometteurs. Depuis, leur heure de gloire est passée. Les investisseurs essaient donc de réorienter leurs placements dans les pays émergents.

    Pour en savoir plus
  • Lutte entre les géants de l'économie que sont les États-Unis et la Chine

    Perspectives relatives aux marchés

    Lutte entre les géants de l'économie que sont les États-Unis et la Chine: dans un avenir proche, les États-Unis maintiendront leur place en tant que première puissance économique

    Si l’économie chinoise a sensiblement gagné en importance ces 30 dernières années, les États-Unis restent numéro un (en valeur nominale). Récemment, les probabilités que les États-Unis restent numéro un plus longtemps que prévu ont de nouveau augmenté. Une situation due non seulement aux problèmes internes actuels que traverse la Chine et aux frictions géopolitiques croissantes entre cette dernière et les pays industrialisés, mais aussi – largement – aux évolutions aux États-Unis et à leur statut mondial.

    Pour en savoir plus
  • Marchés financiers: rétrospective 2023 et perspectives 2024

    Placements

    Marchés financiers: rétrospective 2023 et perspectives 2024

    L’année dernière, l’actualité des marchés financiers a été assombrie par les conflits géopolitiques, des crises qui continueront de sévir en 2024. Nous tablons toutefois sur une conjoncture certes faible, mais positive, ainsi que sur la hausse des marchés des actions.

    Pour en savoir plus